Renaissance Du Terrorisme

Note utilisateur:  / 3
MauvaisTrès bien 

12 Est-il encore besoin de démontrer le lien direct entre surpopulation mondiale et terrorisme international ? Les événements en France font éclater une nouvelle fois la corrélation entre une natalité explosive en Afrique et le développement fulgurant d'armées massives terrorisant les populations par le djihad. EEIL, Boko Haram, AQMI, Ansar Dine, MUJAO ! A côté de ceux-là, Al-Qaida fait figure d'association caritative pour personnes âgées.

Les profils de ces criminels sont tous différents, mais un lien les unit et ce n'est pas la religion, mais la natalité démente.

Chérif Kouachi a travaillé comme livreur de pizza à Paris. Il habitait près du joli quartier des Buttes-Chaumont. Ses parents sont décédés depuis quelques années. Ils ont laissé 5 enfants dans cette France déjà largement surpeuplée. A 12 ans, il est placé en foyer et commence même à fumer du cannabis régulièrement.

L'autre criminel vient d'une famille de pas moins 10 enfants (!) tout rond; 9 filles et lui-même. Coulibali devient un petit voyou, puis un "djihadiste" amateur à 17 ans. Il touche à la drogue pour financer ses achats et ses projets d'assassinats de masse. Sa compagne, Hayat Boumeddiene, est née en 1988 (la mère meurt en 1994). Elle fait partie d'une fratrie de 7 enfants originaires de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). Elle a été placée par les services sociaux en 1996 à l'âge de huit ans. 

A une autre époque, une certaine famille Merah qui compte 5 enfants (deux sœurs et trois frères) fera aussi couler beaucoup d'encre après avoir fait couler encore plus de sang. Sans même parler de ces gamins de 8 ans partis de Lille et filmés à Raqqa en Syrie armés de kalashnikov proférant des insultes en public. Au total la famille comptait 9 enfants là aussi.

 

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - Lancelot

    Famille de cassos ont laissent rentrer n'importe qui voilà ce que ça donne!

    J'aime 0 Raccourci URL:

Informations supplémentaires