Voir Gaza Et Mourir

Note utilisateur:  / 3
MauvaisTrès bien 

Crises Gaza est un drame pour tous les hommes de cette planète. Gaza est le reflet de l'injustice, de la cruauté et de la perversion de l'homme. Mais Gaza, c'est avant tout le symbole de la finitude du Monde et de l'épuisement généralisé des ressources de notre planète. Gaza, c'est en quelque sorte l'Ile de Pâques moderne.

Plus de 50% des habitants de ce territoire qui fait 40 km de long et 10 de large, ont moins de 20 ans. En mars 2014, on recense 1 865 000 habitants, soit 5 109 habitants par kilomètre carré ! "Selon un rapport de l’UNRWA publié en 2012, la population de Gaza atteindra 2,1 millions d’habitants en 2020" (site info-palestine.net). Mohammed Othman regrette que "face à une moyenne de 5,7 naissances par femme, le gouvernement gazaoui ne prend pas de mesures afin de freiner l’augmentation de la population". La frénétique surpopulation alimente les rangs du Hamas qui promet le "paradis" à tous ses combattants. Le 17 avril dernier, Omar Shaban, directeur de Palthink for Strategic Studies, alerte les lecteurs en précisant: "L’augmentation de la population est une bombe qui peut exploser à tout moment et occasionner ainsi des retombées économiques, sociales, scolaires et sanitaires". Trop tard... L'option militaire a pris le dessus sur la sagesse et les discours.

La bande de Gaza, dépourvue de ressources naturelles, souffre d'une pénurie chronique d'eau et ne compte presque aucune industrie. En octobre 2013, l'ONU avertissait déjà les dirigeants de Gaza que "l’aquifère sou­terrain est sur-utilisée et est main­tenant très polluée par l’intrusion de l’eau de mer et des eaux usées". Malgré les efforts des pays étrangers comme le Japon qui finance la construction de la citerne de Rafah de 3.000 m3 pour un coût de 5,4 millions de dollars alimentant 50.000 habitants en eau potable, l'inertie démographique rattrape et dépasse largement les efforts réalisés. Le PNUD a mené à bien plus de 200 projets d’assainissement et d’alimentation en eau en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, mais rien n'y fait et l'eau potable devient une denrée rare. L'électricité provient de l'unique centrale de Gaza qui est alimentée au fioul importé de l'étranger !

78 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. 65,6 % des jeunes âgés de 10 à 24 ans estiment que la mère doit prendre soin de la famille avant toute chose. Pourtant, au niveau de l’enseignement, les gazaouis sont très diplômés. On trouve 10 universités dans la bande de Gaza et un taux d’analphabétisme quasi nul. Néanmoins, près de 80% de la population est au chômage.

De l'autre côté du mur et des barbelés, les juifs orthodoxes, les haredims, doublent leur population tous les 17 ans et prévoient d'installer 1 million de membres de leur communauté en Cis-Jordanie. Ces véritables fous de Dieu font en moyenne 6,5 enfants par femme et représentent maintenant 10% des Israéliens !

Lorsque des médicaments parviennent à la population de Gaza, les jeunes Gazaouis utilisent le Tramadol pour… retarder l'éjaculation. Chaque mois, la police du Hamas brûle dans le désert des centaines de boîtes de Tramadol. Le 4 décembre dernier, elle a ainsi saisi et détruit un stock estimé à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Ce médicament antidouleur est devenu en cinq ans la drogue préférée des Gazaouis. L'utilisation de préservatifs et de pilules contraceptives est marginale et les moyens sanitaires afin de répondre aux demandes de stérilisation sont inexistants.

La crise palestinienne est au final une crise malthusienne. Sous perfusion depuis des années, le territoire est bien incapable de subvenir aux besoins primaires d'une telle population qui va croître encore de 235.000 âmes en 6 ans ! La Bande de Gaza sera libre quand les femmes seront libérées de la maternité !

http://www.info-palestine.net/spip.php?article14523

http://www.undp.org/content/undp/fr/home/ourwork/environmentandenergy/successstories/in-gaza--safe-water-supply-changes-lives/

 

 

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.

Informations supplémentaires