Chine Le Double Péril Jaune

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

sick La Chine va assouplir sa politique de contrôle des naissances, dite de l'enfant unique, lancée en 1979. Les couples dont au moins l'un des membres est lui-même enfant unique seront autorisés à avoir deux enfants, selon "une décision majeure" dévoilée par le PCC, selon le média d'Etat.

Il est à noter d'ailleurs que la fin de la politique de l'enfant unique est assimilée avec l'abolition du système de "rééducation par le travail", la réduction du nombre de crimes passibles de la peine de mort et l'autorisation des étrangers à installer des banques en Chine. Toutes ces mesures visent

à entamer une nouvelle étape dans le passage du capitalisme d'Etat dirigé par l'élite du Parti Communiste vers un capitalisme authentiquement privé dirigé par des multinationales.

La politique criminelle des dirigeants chinois depuis 35 ans ayant supprimé le droit fondamental à procréer a atteint sa limite et n'a apporté qu'un sursis provisoire à la planète. Fondamentalement, de quoi se souviendront dans 50 ans les générations de Chinois qui ont subi les pressions, les arrestations, les amendes, les meurtres de bébés filles et les stérilisations forcées ? La propagande leur disait: "Nous sommes trop nombreux !", ce qui était justifié par l'arriération économique du pays et l'échec de l'économie planifiée. On se souvient de la terrible famine qui aurait tué 36 millions de personnes fin des années 50. Aujourd'hui, les Chinois ne seraient plus assez nombreux ? Avec 1,6 enfant par femme en légère hausse depuis 2 ans (et ce malgré la politique de l'enfant unique) et 1,353 milliards habitants, la Chine a doublé sa population depuis 1962 (date des premières mesures de contrôle des naissances: 2 enfants pour les familles urbaines et 3 pour celles qui vivaient à la campagne). On peut comprendre le désarroi et l'incompréhension de l'incohérence de cette politique qui coutera certainement la tête aux dignitaires communistes un jour ou l'autre. A Pékin, on ne compte plus que 1,4 à 1,5 naissance par femme. A Shanghai, ce chiffre tombe à 0,96 naissance par femme. En d’autres termes, un nombre croissant de femmes n’ont plus du tout d’enfant.

la production de céréales devra augmenter de 4,47 millions de tonnes par an pour répondre à l’accroissement de la population d’ici à 2020. - See more at: http://www.observateurocde.org/news/archivestory.php/aid/20/La_d_E9mographie_en_Chine_:_une_bombe__E0_retardement.html#sthash.a8GTTb9s.dpuf

Le mirage de l'abondance communiste est remplacé par l'illusion de l'abondance du capitalisme privé.

La production de céréales devra augmenter de 4,47 millions de tonnes par an pour répondre à l’accroissement de la population d’ici à 2020. Dans le domaine de l’emploi, la population en âge de travailler atteindra les 955 millions d’individus en 2020, puis diminuera après 2020 pour atteindre les 800 millions de personnes vers la fin du siècle privant ainsi nombre de multinationales d'une main d'oeuvre massive, qualifiée et au rabais.

la production de céréales devra augmenter de 4,47 millions de tonnes par an pour répondre à l’accroissement de la population d’ici à 2020. - See more at: http://www.observateurocde.org/news/archivestory.php/aid/20/La_d_E9mographie_en_Chine_:_une_bombe__E0_retardement.html#sthash.a8GTTb9s.dpuf
la production de céréales devra augmenter de 4,47 millions de tonnes par an pour répondre à l’accroissement de la population d’ici à 2020. - See more at: http://www.observateurocde.org/news/archivestory.php/aid/20/La_d_E9mographie_en_Chine_:_une_bombe__E0_retardement.html#sthash.a8GTTb9s.dpuf

Hormis les changements de mentalité des hauts dignitaires du régime dont l'appât du gain devient féroce, d'autres facteurs entrent en jeu. Notamment 2 principaux: l'un étant le vieillissement de la population qui prive les industries d'une main d'oeuvre jeune et qualifiée et l'autre la concurrence des autres pays en plein boom démographique, comme le Vietnam (certaines usines chinoises se délocalisant dans ce pays aux coûts encore plus inférieurs) ou l'Inde qui gagnera 300 millions d'habitants d'ici 2050.

L'Inde égalera la Chine dans cette nouvelle course à l'armement démographique en 2025, dans seulement 12 ans. Le fait que les Indiens parlent anglais offre à ce pays un attrait particulier pour toutes les multinationales: une population jeune s'exprimant dans la langue de Shakespear, par rapport à une Chine vieillissante parlant le mandarin. Mais la Chine veut sa part du gâteau et les "nouveaux riches" chinois ne souhaitent que vivre "à l'américaine": gagner pour dépenser, sans aucune conscience écologiste.

Ce qui est à prévoir, c'est une déflagration générale de toute la région pour le contrôle des ultimes ressources fossiles (gaz, pétrole et uranium). Il faudra aussi compter avec le Japon qui va chercher également à retrouver une forte classe d'âge jeune. Tout ceci n'inaugure aucun avenir serein et va précipiter le Monde dans une nouvelle guerre dévastatrice pour tous. Le seul espoir qu'on peut y entrevoir, c'est qu'avec cette nouvelle jeunesse à venir, l'Asie connaisse enfin son "Printemps Arabe" et jette les fondements d'une société authentiquement malthusienne et durable pour les 100.000 ans à venir.

 

Ajouter un commentaire

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Invité - REDUCE

    China’s decision last November to ease its one-child policy generated disappointingly myopic news coverage. A particularly clueless report by pro-growth BloombergTV made our Wall of Shame back then. This more recent story at International Business Times by Sophie Song earns the shame today. It got my attention by positioning the possibility of increased consumption as good news:

    “Beijing’s one-child policy reform…won’t be sufficient to reverse the aging of China’s population, but could benefit consumption patterns, a new report says.”

    Song reports the change is too little, too late, “to address the long-term challenge of China’s rapidly aging demographics.” There is no mention of the benefits of population stabilization or decline for China and the world – its effect on pollution, greenhouse gases, and the supply of food and fresh water. In fact, the reporter does not consider ecological footprint or resource scarcity as she uncritically reports increasing consumption as good news:

    “...the reform is not too late to provide a healthy stimulation for China’s consumption – a worthy result as the Third Plenum saw Beijing’s resolve to shift to a consumption-driven, healthier, more sustainable economy.”

    News flash for Sophie Song and the International Business Times: on a full planet well into overshoot, there is nothing sustainable about stimulating more consumption!

    This is a common affliction for business reporters. Increasing sales (consumption) is seen as good news through tunnel vision focused on revenue, profits, and tax revenue:

    “On average, Chinese parents spend about 1,500 – 2,000 yuan ($247.70 - $330.27) every month on a new baby,” according to the report. “That would translate into 48 to 96 billion yuan additional consumption every year….”

    It’s time we expect more from these journalists, an acknowledgement that increasing consumption is – at best – a good news/bad news scenario: Good in the short term for the business or government, but bad in the long-term for prospects of survival and a good life.

    J'aime 0 Raccourci URL:

Informations supplémentaires