Nouvelle Catastrophe Aux Philippines

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

PHILIPPINES Après le terrible typhon qui a frappé durement les Philippines avec des vents à 380 km/h par endroit, les secours tentent de regrouper les milliers de cadavres ensevelis sous les décombres. Femmes, enfants, vieillards, la nature n’a épargné personne. Son couperet tombe au hasard et ce sont toujours les plus pauvres qui trinquent en premier, les riches pouvant se protéger dans leur solide maison. Cette tragédie pourrait faire penser à la fable des Trois Petits Cochons, sauf que les maisons des Petits Cochons sont largement surpeuplées.

Les témoignages se succèdent tous identiques : « une jeune fille a perdu 11 membres de sa famille », « un ouvrier du bâtiment revient de Dubaï pour retrouver ses 5 enfants tous en vie », etc…

La réalité est amère. Les Philippines regorgent d’êtres humains. Sa population est de 98 millions d’habitants (2013) pour une superficie équivalent à la moitié de la France. Son taux de fécondité de 3 enfants par femme et la jeunesse de sa population amènera ce pays à atteindre les 172 millions d’habitants en 2050. Avec un taux de natalité de 24,07 naissances par 1000 habitants, la catastrophe est bien là. Il naît chaque jour 6462 individus de plus. Ce qui signifie que moins de 2 jours après le typhon qui a tué d’après les estimations 12.000 personnes, ce pays avait déjà retrouvé son niveau de surpopulation. 

Et pour cause, l’église catholique très puissante là-bas (les Philippines sont une ancienne colonie espagnole) a manifesté en juillet dernier dans les rues de Manille pour faire invalider une loi sur le contrôle des naissances facilitant l'accès des plus pauvres à la contraception. Pourtant cette mesure est noble : "Nous perdons 14 ou 15 mères chaque jour à cause de complications pendant la grossesse, expliquent l’ONG médicale Merlin et l'association philippine Likhaan. Cette loi nous permet de fournir une solution à bas coût qui va sauver les vies des femmes et de leurs bébés." Cette loi prévoit notamment la mise à disposition de préservatifs et pilules dans les centres médicaux publics, des formations à la limitation des naissances et même des cours d’éducation sexuelle dans les écoles.

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.

Informations supplémentaires