Quand les animaux fertilisaient l'Amazonie

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

 paresseux geant

 Paresseux géant (herbivore)

 Quand les animaux fertilisaient l'Amazonie avant leur élimination par les humains il y a 12.000 ans

 (AFP) – Paris — Durant des milliers d'années, des animaux géants ont fertilisé le bassin de l'Amazone en propageant azote, phosphore et autres nutriments dans leurs excréments, avant de disparaître brutalement, privant définitivement la région de cet apport massif d'engrais, révèle une étude publiée dimanche dans la revue Nature Geoscience.

  

A l'époque du Pléistocène, l'Amérique du Sud ressemblait beaucoup à la savane africaine actuelle. Et les dinosaures, depuis longtemps disparus, avaient cédé la place à une "mégafaune" impressionnante: des mastodontes proches des éléphants, des paresseux géants de cinq tonnes ou des glyptodons, sortes de tatous de la taille d'une petite voiture.

  

tatouMajoritairement herbivores, ces mammifères géants consommaient des quantités importantes de végétaux, absorbant azote et phosphore pour les relâcher dans leurs crottes et leur urine au gré de leurs pérégrinations. Selon cette étude, ils ont ainsi contribué à redistribuer, sur de très grandes distances au fil du temps, ces engrais naturels vers des sols qui seraient autrement restés stériles, en particulier dans le bassin amazonien.

Cette mégafaune a disparu, il y a environ 12.000 ans, à la suite d'une extinction massive liée aux activités humaines (chasse, occupation des territoires, trophées et pouvoir).

  

Ours à face courte: sa taille faisait le double de celle d'un grizzli actuel.

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.

Informations supplémentaires