Définition De L'Extrémisme

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

1926 L’extrémisme, ce n’est pas une maladie génétique. On ne naît pas extrémiste. Ce sont les conditions objectives qui amènent ce type de comportement.

L’extrémisme est dans la nature. Concernant les humains, on le considère comme un comportement déviant, souvent violent mais pas forcément et surtout imprévu. Dès que l’on sort du cadre défini par les hommes eux-mêmes, on touche plus au moins la frontière de l’extrémisme. Au musée du château de Good Hope à Cape Town se trouve une toile au second étage représentant un massacre d’animaux organisé au 18ème siècle par les Boers en l’honneur de la visite d’un monarque hollandais ; 300.000 animaux sauvages seront rabattus dans une cuvette et tués méthodiquement par des hommes armés tout autour.

De plus en plus d’humains basculent dans l’extrémisme précisément parce que ce cadre est mouvant et change rapidement. Ceux qui ont cette capacité d’adaptation pour y rester à l’intérieur ne rencontrent pas de problèmes, mais ceux qui ne savent pas ou ne peuvent se soumettre à cette évolution rejoignent vite les rangs des déshérités et des mal-compris.

Dans la nature, la survie est fortement liée à la capacité d’adaptation à son environnement. Pour nous, il en va de même. Dans un Monde en échauffement démographique avec des ressources qui se réduisent comme une peau de chagrin, de plus en plus de nos concitoyens vont être rejetés dans les bras de la déviance et de la violence.

L’eugénisme est un de ces comportements malsains et désespérés. Lorsque la part du gâteau se rétrécit, une élite se met en place pour dicter ceux qui auront le droit de vivre et tant pis pour les autres. Cela commence par le nationalisme « l’amour de la patrie », puis tourne vite à l’amour de la Nation, puis à l’adoration des membres à l’origine de cette Nation. Le pas est vite franchi, même si beaucoup n’ose pas le franchir définitivement. C’est ce qui est arrivé en Allemagne en 1933 et c’est aussi ce qui arrive en Russie aujourd’hui. Les similitudes sont claires pourtant. Un régime autoritaire nationaliste avec à sa tête un chef charismatique pratiquant le culte de la personnalité organise des Jeux olympiques et annexe un territoire européen sous prétexte qu’il est constitué d’un peuple de même sang. L’annexion se fait dans le silence des autres puissances européennes et l’Histoire se répète indéfiniment tant que l’être humain n’en tire pas les leçons, en l’occurrence celles de la surpopulation à l’origine des deux Guerres mondiales. En Ukraine aussi, on cherche à mettre la main sur les énormes ressources en charbon du Donbass tout comme les Allemands l’ont fait en Pologne.

Lorsque l’extrémisme des conditions de vie est érigé en idéologie, on peut se dire que l’on va assister à un nouveau désastre humain. L’extrémisme, ce n’est alors pas de prôner la modestie démographique partout dans le Monde, mais bien de laisser les peuples démunis face au fléau des surnaissances et pire encore des surnaissances non désirées dans un environnement de pénuries généralisées.

Les estimations de l'ONU tiennent compte d’une baisse régulière du taux de fécondité dans le Monde. En effet, dans l’hypothèse haute, qui se base sur un taux de fécondité de 0,5 enfant en plus par femme par rapport à l’hypothèse médiane, la population mondiale atteindrait 16,6 milliards en 2100 (chiffres 2012 revus à la hausse). Pire! Si les taux actuels restaient sensiblement les mêmes, la population mondiale dépasserait le chiffre énorme de 22 milliards en 2100! En France, on fait l’autruche, on refuse de voir la réalité du Monde du 21ème siècle et l’on poursuit cette politique de la natalité complètement obsolète. Notre cadre de vie a changé et nous refusons de nous y adapter.

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.

Informations supplémentaires