Brésil, La Dernière Coupe Du Monde De Football

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 

VERTS L’événement qui dure un mois va accueillir 600 000 visiteurs étrangers.

On peut comparer le bilan carbone de la prochaine Coupe du Monde avec le dernier sommet catastrophique sur l’écologie : RIO+20. 50.000 personnes sont venues du monde entier en avion à l’occasion du sommet des Nations Unies sur le développement durable en 2012 au Brésil pour parler empreinte carbone. 50.000 personnes qui ont pris des bus climatisés, ont travaillé dans des salles climatisées et ont dormi dans des hôtels climatisés.

Embouteillages et clim’ à fond

 Sans être un grand expert des calculs carbone, il est facile de deviner que le bilan carbone d’une Coupe du Monde de foot est catastrophique. Avec des trajets en avion de 9.000km en moyenne (15.000km pour les plus éloignés), le coût carbone est lourd: 1,7 tonne de CO2 par personne en moyenne, ça fait 1 million de tonnes pour tous les participants, soit environ autant que ce qu’émettraient 300.000 voitures roulant toute une année. Pour rappel, une élévation des températures de 4 à 6 °C de différence ont suffi pour changer d’ère climatique (passage d’un climat glaciaire il y a 20.000 ans au climat tempéré que nous connaissons aujourd’hui).

Hyper pollutions

Les pollutions visuels et publicitaires seront au rendez-vous. « La chaîne a  acquis à prix d’or les droits de la Coupe du Monde 2014 – 130 millions d’euros. (…) TF1 facture 160.000 euros le spot de 30 secondes, pour le match aller du barrage, vendredi 15 novembre. » selon le journal Les Echos. « En cas de qualification, la FIFA verse un peu plus de 8 millions à la FFF. Puis, en cas de bon parcours au Brésil, les gains pourraient être substantiels, jusqu'aux 31 millions d'euros alloués au vainqueur de l'épreuve. » selon le journal SudOuest. « Déjà,la prime dite "d'image" garantit 15.000 euros à chaque match pour chaque joueur. Si la France devenait championne du monde, chacun des 23 Bleus toucherait un peu plus de 400 000 euros, en plus des primes d'image. »

Dépenses à gogo

La construction des installations sportives gigantesques qui ne dureront que quelques années avant d’être totalement abandonnées du fait du coût trop élevé de leur entretien coûte à la planète 1 tonne equivalent carbone par tonne de matière construite.

« Au cours des années à venir, la Stratégie de Durabilité de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ guidera nos efforts pour organiser un événement durable et, en définitive, pour contribuer à la construction d'un avenir meilleur. (…) La FIFA et le COL évalueront l’empreinte carbone de la compétition et mettront en place des mesures afin d’éviter, de réduire et de compenser ses émissions. » - selon la FIFA.

Le Maracanã, qui accueillera la finale de la Coupe du monde, est aussi une gabegie financière : ces dix dernières années, plus de 150 millions d’euros ont été dépensés pour le rénover, jusqu’à ce qu’il soit récemment décidé de le refaire entièrement, et de dépenser à nouveau 400 millions d’euros.

Les dépenses prévues pour assurer la sécurité des touristes et des sportifs atteignent le double de celles déboursées lors de la dernière Coupe du Monde en Afrique du Sud : près de 900 millions d’euros.

Un marketing à revoir

Finalement, hormis le coût et les dépenses inutiles pour la planète, c'est l'image même de ce sport qui est à revoir. En effet, la victoire d'une équipe de France "Black-Blanc-Beur", même si elle est vendeuse, doit être remise à l'ordre du jour, car le niveau de l'immigration dans notre pays ne pourra plus dépasser le niveau de l'émigration si nous voulons stabiliser notre inflation démographique. Le 21ème siècle sera celui du contrôle des naissances partout dans le Monde et d'abord en Afrique. Avec une Afrique moins peuplée, les flux migratoires s'estomperont d'eux-mêmes et l'image - tout récente d'ailleurs - d'une France "Terre d'accueil donnant leur chance aux immigrés" pour qu'ils repeuplent ce pays rapidement, disparaîtra.

 

http://fr.fifa.com/worldcup/organisation/sustainability/strategy.html

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0203128124647-foot-que-couterait-l-elimination-des-bleus-629928.php

http://www.sudouest.fr/2013/11/14/football-et-si-les-bleus-ne-se-qualifiaient-pas-pour-la-coupe-du-monde-1229339-8.php

Ajouter un commentaire
  • Aucun commentaire sur cet article.
Propulsé par Komento